top of page

Nos partenaires

Des organisations et marques engagées dans la lutte contre l'abandon,

à nos côtés pour soutenir les associations et refuges en rendant nos actions possibles ! Un grand merci

Nos sponsors officiels

MASA_soutenupar2.png
Hills_TransformingLives_Logo RGB NO-TM (7).png
NPF-logo-versionA.PNG
30 millions damis-peuple animal_rvb.png

PARTENAIRES MÉDIAS

PARTENAIRES OFFICIELS

LOGO SNPCC 2024_VECTO.png

Nos soutiens opérationnels

Logo Mars Petcare_RGB.png
Logo Aime_RVB_0321.jpg
logo-Web4Run - originale.png
logo-V.png
https___www.empruntemontoutou.com_wp-content_uploads_2017_10_Emprunte-Mon-Toutou-Logo-Fond
logo-playdogs-1024x336_edited.png
LogoCarine.png
MPA22_Logo vertical.png
logo+modifiejpg.jpg
Patte agitante de chien

Quelques mots de nos sponsors...
Découvrez leur interview !

LOGO SNPCC 2024_VECTO.png

« Ce n’est qu’en ayant un écosystème responsable que nous réussirons, ensemble, à diminuer les abandons. »

Anne-Marie LE ROUEIL,
Présidente du SNPCC

Interview SNPCC - LE ROUEIL Anne-Marie.jpg

LES CESSIONS D'ANIMAUX PAR LES PARTICULIERS ALIMENTENT LES ABANDONS

En étant partenaire de la Journée mondiale contre l'abandon, le SNPCC, qui représente le monde des professionnels des chats et chiens, entend alerter le public sur la production non réglementée des animaux de compagnie. Pour Anne-Marie Le Roueil, sa présidente, c'est la cause des abandons massifs. Explications…

Solidarite-Peuple-Animal : Cette année, le SNPCC a tenu à être partenaire de la sixième édition de la Journée mondiale contre l'abandon, pourquoi ?

Anne-Marie Le Roueil : En tant qu'organisation représentant les professionnels travaillant avec les chiens et les chats, le Syndicat National des Professions du Chien et du Chat est profondément préoccupé par le sort des animaux abandonnés. Une enquête réalisée par nos soins a démontré que la très grande majorité de ces animaux provient de particuliers. En s'associant à cette journée, le SNPCC souhaite mettre en lumière cette problématique et sensibiliser le public à l'importance de faire appel aux professionnels pour lutter contre l'abandon. La production des chats et des chiens devrait être exclusivement assurée par des éleveurs bien formés pour limiter les achats ou les ventes non raisonnés et impromptus. Lorsqu’un futur propriétaire se déplace dans un élevage pour rencontrer son futur animal et les parents dont il est issu, son acte est déjà réfléchi. Les éleveurs offrent un accompagnement en termes de conseils et préparent mieux les propriétaires à prendre soin de leurs animaux sur le long terme. En participant à cet événement mondial, le SNPCC souhaite sensibiliser au plus haut niveau les propriétaires et futurs propriétaires d’animaux de compagnie à faire appel aux professionnels. Plutôt que de subventionner la construction de refuges, l'État doit afficher une réelle volonté politique de tout mettre en œuvre pour éviter qu'ils ne se remplissent.

Chaque année, ce sont près de 300 000 chiens et chats qui sont récupérés par les associations et refuges, issus de l'abandon. Beaucoup réclament la fin des foires aux chiots et chatons ainsi que l'interdiction des ventes sur des sites non spécialisés. Est-ce la solution ?

Depuis longtemps, le SNPCC plaide en faveur de la fin des ventes sur des sites non spécialisés, où l'achat d'un chiot ou d'un chaton peut se faire entre une machine à laver et un frigidaire ! Acte banalisé… En encourageant la spécialisation des sites de ventes d'animaux de compagnie, et en les réservant aux seuls professionnels de l’élevage afin que cesse la production par les particuliers, le SNPCC entend promouvoir une approche plus réfléchie et responsable de l'acquisition d'animaux domestiques, en mettant l'accent sur l'importance de l'éthique et du respect de leurs besoins. De plus, le SNPCC dénonce le "trou dans la raquette" constitué par la possibilité de ventes en ligne par les animaleries, qui ne correspond pas à l’esprit de la loi de 2021 pour lutter contre la maltraitance animale lorsqu’elle a été mise en œuvre.

 
Les salons présentant des chiots ou des chatons reviennent régulièrement sur le devant de la scène. Ils sont souvent critiqués parce qu’ils encourageraient des achats impulsifs et non réfléchis de la part des clients, voire dénoncés en termes de bien-être (chiots ou chatons qui voyagent, problèmes sanitaires...). Cependant, en tant que représentants des éleveurs canins et félins, nous ne pouvons ignorer que certains professionnels pensent ne pas avoir d'autre choix que de vendre leurs animaux lors de ces événements. Il faut remettre les pendules à l’heure : si les éleveurs ne souffraient pas de la concurrence déloyale par les particuliers, qui nous le rappelons est de 83,40% (source : « enquête coup de poing » SNPCC 2023), il serait alors plus facile de faire entendre que cette méthode de vente doit être supprimée et, en tout état de cause, ne doit pas être encouragée. Pour en arriver à cela et améliorer les conditions d'adoption de ces animaux, tout en prenant en compte les professionnels de l'élevage canin-félin, nous pensons, encore une fois, qu'il nous faut agir sur le marché parallèle que sont les particuliers.

Depuis 2022, un certificat d'engagement et de connaissance est requis pour adopter son premier animal. Beaucoup de témoignages rapportent des fraudes, notamment en antidatant ce fameux document. Comment le SNPCC lutte-t-il contre ces dérives?

Il est important de préciser, en amont de notre réponse, qu'antidater le Certificat d’Engagement et de Connaissance (CEC) est inutile, car la loi exige expressément que c’est son envoi au futur propriétaire potentiel qui doit se faire au plus tard dans les sept jours précédant la vente. Une fois cette précision apportée, nous tenons à rappeler que nous nous sommes toujours engagés dans une information claire auprès des futurs acquéreurs. Le SNPCC, pour aider les professionnels, a mis à leur disposition un modèle de CEC ainsi qu'une foire aux questions pour répondre à leurs interrogations. Nous comprenons que cette exigence puisse être perçue comme une contrainte supplémentaire pour les professionnels, d'autant plus lorsque des particuliers œuvrant dans le circuit parallèle contournent cette obligation. Et c’est bien là tout le problème ! Les animaux vendus par les particuliers sont placés sans aucun conseil, contrairement aux ventes effectuées par les éleveurs. Nous avions précédemment recommandé la mise en place d'une formation de trois heures sur le comportement animal pour toute nouvelle acquisition, idée qui n’a pas été retenue.

 

Nous encourageons vivement les professionnels à maintenir la fourniture du document d'information dont l’obligation a  été initiée en 2014 et cela même en cas de délivrance du CEC.

Comment un organisme qui représente le monde de l'élevage peut-il apporter sa contribution à la lutte contre l'abandon ? Quel rôle peut jouer l'éleveur dans la prévention de l'abandon ?


Le rôle du SNPCC et des éleveurs professionnels peut être davantage orienté vers la sensibilisation du public et des autorités sur les conséquences néfastes de la production non réglementée d'animaux de compagnie. Avec le slogan : « Vous aimez votre chien, votre chat, confiez-le à un professionnel », nous soulignons les avantages de choisir des éleveurs professionnels qualifiés, qui garantissent des animaux en bonne santé, bien familiarisés et élevés dans des conditions adéquates. Ensuite, il faut que les propriétaires assurent une éducation adaptée auprès d’un éducateur professionnel pour une bonne intégration de l’animal dans la cellule familiale et dans les villes ou campagnes. Le SNPCC plaide en faveur de mesures législatives visant à supprimer au maximum la production d'animaux de compagnie par les particuliers, en encourageant notamment à la stérilisation, en réservant les annonces de ventes aux professionnels détenteurs de SIRET et les dons aux seules associations de protection animale. Nous souhaitons travailler en étroite collaboration avec les autorités locales et nationales pour identifier et poursuivre les « éleveurs » clandestins ou irresponsables. Cela pourrait impliquer le partage d'informations sur les pratiques suspectes, et le soutien aux efforts de sensibilisation et d'éducation.


Quant aux éleveurs, leur rôle est indispensable dans cette lutte contre les abandons. Ils sont là pour conseiller, encadrer, et savoir dire non parfois à une vente inadaptée soit en fonction de la famille qui devra accueillir le chiot ou le chaton, soit dans le choix de la race.


Ce n’est qu’en ayant un écosystème responsable que nous réussirons, ensemble, à diminuer les abandons.

bottom of page